Protection animale – Ça s’est passé en 2019 – Part. 3

Sommaire – Les animaux d’élevage

« S’il est vrai que les espèces évoluent et progressent, c’est-à-dire que les hommes d’aujourd’hui sont les singes d’hier, le meurtre d’un animal pour s’en nourrir, est un homicide et une anthropophagie anticipés ». Auguste Guyard


LES ANIMAUX D’ELEVAGE

Plus personne ne peut encore nier les conditions de vie (pour certains) et de mort (pour la plupart) des animaux d’élevage. Levégétarisme.com – Que ce soit les bovins, les ovins, les cochons, les volailles et tous les autres animaux élevés pour nourrir l’homme, le constat est à peine imaginable, surtout provenant d’élevages industriels.

Grâce à des associations ayant filmé et diffusé cette terrible réalité, l’opinion publique choquée fait entendre son indignation et agit en conséquence. Les pétitions et ICE (Initiative citoyenne européenne) lancées pour plus de transparence et d’humanité recueillent un nombre impressionnant de signatures. Telle l’ICE lancée par CIWF pour interdire l’élevage en cage pour toutes les volailles, les lapins, les truies et les veaux (1.600 000 million de signatures de citoyens européens).  Ouest France Les échos

Rappelons qu’une ICE n’est pas une pétition ! Il s’agit de recueillir un million de signatures dans tous les Etats membres de l’UE en l’espace d’une année. Un nombre minimum de signatures est requis dans chaque Etat. Alors qu’une pétition n’a aucun pouvoir contraignant sur son destinataire, si une ICE a bien réuni les signatures, la CE est obligée d’écouter les organisateurs et de donner une réponse écrite et publique.

Je ne perds pas de vue que certains éleveurs traditionnels ont une véritable envie de « soigner » leurs animaux et mettent toute leur compétence pour ce bien-faire avec eux durant leur vie à la ferme. Merci à ceux-ci.

Si vous mangez de la viande et souhaitez avoir plus d’information pour sélectionner ce qui provient d’un élevage garantissant de meilleures conditions de vie à l’animal : conseils de CIWF « Quelles viandes choisir ».

Si 2019 a été ponctuée de quelques bonnes nouvelles, la Cellule Demeter mise en place par le Ministère de l’Intérieur a choqué non seulement les associations de protection animale (dont L214), mais également nombre de journalistes (dont Charlie Hebdo), chercheurs (Libération), ainsi que des paysans dénonçant la traque des opposants au modèle agricole industriel menée par le gouvernement France 3 .En décembre dernier l’astrophysicien Aurélien Barrau, la philosophe Florence Burgat et l’écrivain Jean-Baptiste Del Amo estimaient dans une tribune parue dans le Monde que la cellule mise en place par le ministère de l’intérieur pour lutter contre les « atteintes au monde agricole » revenait à criminaliser une contestation pacifique et légitime. Encore cette semaine, le 21 janvier, quelques 130 enseignants-chercheurs ont demandé que les lanceurs d’alerte sur la question du bien-être animal soient mieux protégés. Leur demande a été formulée dans une lettre ouverte, adressée à la Garde des Sceaux. Les enseignants s’inquiètent de la sécurité des lanceurs d’alerte face à « l’influence grandissante » des lobbies de l’élevage, qui mènent depuis plusieurs mois une « campagne active ». Avec, à la clé, une « influence grandissante dans les décisions publiques qui prend une dimension inquiétante pour notre démocratie, parlant même de « confiscation du débat public ». ».20 minutes

Le périmètre de compétence de la cellule Demeter englobe la prévention et le suivi notamment des actions de nature idéologique, qu’il s’agisse de simples actions symboliques de dénigrement du milieu agricole ou d’actions dures ayant des répercussions matérielles ou physiques.

ACTIONS, VICTOIRES, AVANCEES –  89% des Français déclarent que la protection animale est pour eux une cause importante, ils sont même 49% à affirmer qu’elle est “très importante” contre moins d’un tiers (32%) il y a 8 ans. Etude Ipsos 2019

Photo de Magda Ehlers

Beaucoup d’actions et de victoires ont heureusement ponctué 2019.

L’OABA (Oeuvre d’assistance aux bêtes d’abattoirs) nous présente les siennes dans son bilan 2019 :

Et d’autres encore grâce notamment à la prise en compte par certains groupes agro-alimentaires et enseignes de la distribution, du ressenti clairement exprimé par les populations, et peut-être aussi, par une prise de conscience au sein même de ces structures.

Convaincus que l’information du consommateur sur le bien-être animal est indispensable et peut contribuer à l’amélioration des conditions de vie des animaux, les partenaires (CIWF, LFDA, OABA, Casino) ont décidé de proposer une solution qui permette au consommateur de connaître les conditions de vie de l’animal dont les produits en magasins sont issus, de sa naissance jusqu’à son abattage, en incluant l’élevage et le transport. Fin 2018 a donc été créée l’étiquette bien-être animal. Depuis son lancement, 3 nouveaux producteurs ont adhéré et mis en place cet étiquetage : Fermiers du Sud-Ouest, des Fermiers de Loué  et de l’association Avigers ! Merci à eux.

Le groupe Casino est le premier groupe de distribution à avoir cessé, avec son enseigne Monoprix, la vente d’œufs issus de poules élevées en cage sous sa marque propre puis en marque nationale. Un engagement qui sera étendu à toutes les enseignes en France d’ici 2020 et pour la vente de produits utilisant des œufs en tant qu’ingrédients d’ici 2025. Le groupe a aussi mis en place un programme de contrôle des conditions d’abattage dans sa chaîne d’approvisionnement en France vis-à-vis de la protection animale. 
https://groupe-casino.fr/engagements

Les enseignes Franprix (partenariat avec PouleHouse) et Monoprix (engagement en faveur du bien-être des poulets de chair) ont été récompensées en 2019 par CIWF pour leur engagement en faveur du bien-être animal.

Grâce à une pétition lancée par L214, le groupe Avril (leader de la commercialisation des oeufs) a déclaré abandonner l’élevage en cage (effectif en 2025). Luce Lapin et copains

Le Pain Quotidien s’engage à éradiquer les pires pratiques d’élevage et d’abattage des poulets pour tous ses restaurants en Europe, tout comme le groupe Les Mousquetaires, 3ème plus gros distributeur français, lequel, suite à une pétition, s’y est engagé également pour ses enseignes Intermarché et Netto.

Un décret paru en avril permet l’expérimentation en France d’abattoirs mobiles pour quatre ans, au plus près des fermes d’élevage, notamment pour réduire le transport et la souffrance animale. Le syndicat agricole Confédération paysanne qui a beaucoup milité en faveur de la création d’abattoirs mobile s’est félicité du texte qui permettra un fonctionnement « durable » de ces structures sur tout le territoire « comme c’est déjà le cas en Allemagne ou en Suède ».  Europe 1. Reste l’application….

En Hollande et au Pays-Bas, nous assistons à une révolution dans le secteur de la production de viande :

  • Vion, le géant néerlandais de la viande, transforme une de ses usines de transformation de boeuf (2500 vaches par semaine) en production de « viande » végétale.
  • Vivera food group opte pour un avenir sans produits carnés. Il se concentre désormais sur la « viande » végétale. Ce groupe indique qu’il a prévu une extension de ce type de production.
  • Bosscher, société néerlandaise, se lance dans la même direction ne voyant pas d’avenir à la viande traditionnelle « la nourriture ne doit pas toujours venir d’un animal, nous le savons maintenant ».

Photo de Magda Ehlers

En France, la production du foie gras se poursuit pour répondre à une demande constante des consommateurs. Pendant ce temps-là, l’Ukraine, ancien pays producteur de foie gras, a fermé sa dernière salle de gavage en septembre 2019 et les Etats-Unis particulièrement actifs contre le gavage ont voté, en Californie (décision applicable dès 2019), et à New-York (décision qui sera appliquée à partir de 2022), des textes interdisant la commercialisation et la détention de produits issus du gavage. De nombreux pays interdisent déjà, et ce depuis longtemps, la production de foie gras s’appuyant notamment sur des lois interdisant la maltraitance animale. L214

La Suisse interdit en Octobre 2019 le broyage de poussins vivants destinés à l’agro-alimentaire. En Septembre dernier, grâce au parti animaliste néerlandais, les réceptions officielles à Amsterdam seront végétariennes. Anecdotique ! sans doute pas tant que ça.


Vidéo de la semaine – Karma avait été sauvée par les bénévoles de Gentle Barn de chez un éleveur qui la gardait sans eau, sans nourriture et sans un abri. Une fois arrivée au refuge, elle a passé toute la nuit à pleurer désespérément, à la recherche de son veau, duquel elle avait été éloignée. Voici le moment des retrouvailles. Le petit est tombé par terre à plusieurs reprises à cause du stress du voyage et du manque de nourriture. Tous les jours des petits veaux sont arrachés à leurs mères pour permettre aux humains de leur prendre le lait…


Coup de coeur pour BIOTY’CROC – Aliments complets fabriqués en France pour chiens et chats – bio premium (volaille bio élevée en plein air) – Mes chats adorent et je recommande –

https://www.biotycroc.com/

exels.com

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s