Collisions entre un vehicule et un animal – Part. 2, les parades

« La vraie bonté de l’homme ne peut se manifester en toute pureté et en toute liberté qu’à l’égard de ceux qui ne représentent aucune force. Le véritable test moral de l’humanité, ce sont les relations avec ceux qui sont à sa merci : les animaux. » Milan Kundera


Comme indiqué dans mon article paru le 20 novembre dernier  » Collisions entre véhicules et animaux – Part.1, la situation« , les animaux sont les premières victimes de la route en Europe. Selon une étude publiée dans Frontiers in Ecology and Environment combinant 90 enquêtes issues de 24 pays européens, ce sont près de 194 millions d’oiseaux et 29 millions de mammifères qui sont tués chaque année après avoir percuté un véhicule ou en étant écrasés. Le Parisien

Une étude de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage de 2009 permet d’en savoir plus les déclencheurs les plus accidentogènes et donc d’adapter au mieux les parades. Extrait : « Les collisions avec le cerf ont lieu toute l’année avec un maximum à l’automne au moment du brame et quand la fréquentation par les promeneurs est forte. Pour le chevreuil, un pic apparaît en avril en raison, d’une part, de l’émancipation des jeunes de l’année précédente à la recherche d’un nouveau territoire et, d’autre part, d’une grande activité territoriale des mâles. Les battues de chasse à l’automne accroissent également les risques de collision pour ces deux cervidés. Le risque de collision avec le sanglier est maximal en automne et en hiver, pendant les battues et au moment où l’activité des animaux est la plus intense (41 % des collisions ont lieu de septembre à novembre ».


Que ce soient les animaux familiers, d’élevage ou sauvages, tous paient un lourd tribu à la route. En ce qui concerne les animaux familiers et d’élevage, leur sécurité (et celle des usagers de la route) relève de la responsabilité des propriétaires. Pour tous, experts de la sécurité routière, associations de protection animale, sociétés autoroutières, et même fédérations de chasse travaillent ensemble (avec les objectifs qui leur sont propres) à réduire les collisions.

SOLUTIONS ACTUELLEMENT EN PLACE SUR NOTRE TERRITOIRE

Radars anti-collision – Leur efficacité se confirme.

Détecter des animaux s’approchant d’une route et prévenir les conducteurs via un panneau lumineux : enjeu mêlant sécurité routière, dommages matériels et biodiversité. Animal Cross

« Attention, ralentissez, un animal va traverser ». Ce message a depuis le début de l’année divisé par quatre le nombre d’accidents entre des véhicules et des animaux sur la RD1508 en Haute-Savoie. En Isère, un seul site a fait l’objet d’observations régulières et, selon une estimation, le nombre d’accidents est passé d’une trentaine à moins de cinq.

En juillet 2020, ces radars ont été mis en place dans le Val d’Oise après ceux dans l’Isère et de Haute-Savoie.


Réflecteurs anti-collision

En Haute-Savoie, pour éviter les accidents, les chasseurs ont mis au point un dispositif simple, le piquet « Réflect ». Installés tous les 20 mètres le long de la chaussée, ils reflètent les phares des véhicules, agissant comme une barrière lumineuse, qui dissuade les chevreuils et autres animaux sauvages de traverser. Un dispositif qui a fait ses preuves, et que la Fédération des chasseurs haut-savoyards a proposé à d’autres départements. Le Dauphiné

Avant l’Ardèche, le dispositif avait fait ses preuves en Savoie, Haute-Savoie ou dans le Doubs. Durant l’année d’expérimentation, une baisse des collisions de 70 % a été constatée.


Panneaux de signalisation – Peu efficaces en France… sauf en ville peut-être

Une étude menée au Canada montre que les panneaux de signalisation -avec un placement réfléchi- sont efficaces pour prévenir le risque de collision des véhicules. En France, malgré leur forte présence, le nombre d’accidents de ce type explose. Le placement aléatoire des panneaux et l’indifférence des conducteurs peu enclins à appuyer sur la pédale de frein, sont pointés du doigt.

Cependant, on voit de plus en plus, en ville, de panneaux signalant la possible traversée d’animaux vivant dans des espaces urbains. Ils utilisent nos routes, fossés, carrefours… Ce voisinage, ainsi que la vitesse automatiquement réduite, nous permet d’espérer une attention particulière de la part des automobilistes.

Que ce soit la canne et ses cannetons rejoignant leur bassin après avoir traversé routes et fossés, cygnes en goguette, etc… Il s’agit là avant tout de protéger ces petites espèces, seules victimes des collisions.


Panneaux de signalisation temporaires (périodes de chasse)

En périodes de chasse, nous ne pouvons échapper à ces panneaux posés au bord des routes, nous informant d’une chasse en cours.  Il est désormais obligatoire pour les chasseurs de disposer ces panneaux de signalisation temporaires indiquant une chasse en cours à proximité d’une route communale, départementale ou nationale.

Les fédérations de chasse sont assez impliquées dans la recherche de solutions aux collisions. …. dans le même temps, les chasseurs ont contribué à décupler les espèces et que l’activité de la chasse elle-même désorganise la faune sauvage, crée la panique et la précipite hors de son milieu naturel, et notamment sur les routes. Animal Cross

À la vue de ces panneaux, il est fortement conseillé aux automobilistes de rester vigilants et de ralentir. 


Les écoponts et écoducs – voies dédiées aux animaux

Ecoponts ou écoducs… en permettant ainsi le franchissement de l’autoroute, ces ouvrages facilitent la circulation de la faune et les échanges biologiques nécessaires à l’accomplissement des cycles de vie des espèces animales. Ils contribuent au rétablissement de la continuité écologique dans le cadre de la politique publique nationale de « Trame Verte et Bleue » destinée à préserver la biodiversité. Vinci autoroutes

Ces structures permettent d’avoir de magnifiques vidéos « prises à l’insu des acteurs ».

Comme expliqué dans les vidéos ci-dessus, ces ouvrages ne permettent pas seulement d’éviter les collisions avec les véhicules, elles ont jouent un rôle clé pour la biodiversité de chaque côté des structures autoroutières, notamment le brassage des populations de chaque espèce afin d’éviter un appauvrissement génétique.


Image par Mohan Nannapaneni de Pixabay

Une réflexion au sujet de « Collisions entre un vehicule et un animal – Part. 2, les parades »

  1. Merci Velyne !

    J’avais pas fait gaffe, et pensais que c’était un spam ! On est tellement bombardé de trucs, et puis oups , le nom m’a semblé familier !

    Je vais lire ça à tête reposée ! Félicitations à nouveau, tu as fait un sacré boulot !

    Plein les bises 😽

    À plus tard Benjamin 🎸🎼🎤✍🏼

    Envoyé de mon iPhone

    >

    J'aime

Répondre à barokmantics Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s